Les Horsenalities de Pat Parelli expliquées sur le blog équestre Instant Équin avec Hero de Garros et Tao

As-tu déjà entendu parler des Horsenalities ? Déterminées par Pat Parelli, les Horsenalities sont un outil créé afin de mieux cerner la personnalité d'un cheval et de pouvoir adapter notre comportement et notre programme de travail à ses besoins personnels.

Le terme d'outil est vraiment important à saisir lorsque l'on parle des Horsenalities. L'avis des cavaliers dessus est souvent très mitigé : grands adeptes, détracteurs… Cherche rapidement sur Internet et tu saisiras combien ce sujet a pu et fait encore des vagues dans la sphère équestre. Pour ma part... j'aime les Horsenalities de Parelli. (De manière générale, en matière de travail en renforcement négatif, je trouve qu'il y a beaucoup de bonnes idées chez Parelli, mais qu'elles sont toutes si souvent mal employées ou mal comprises par les cavaliers que ça en a complètement faussé l'idée générale aux yeux du grand public.)

Les quatre Horsenalities de Parelli.

Bon déjà, il n'y a pas quatre horsenalities chez Parelli. Il y a quatre extrémités d'un spectre.

Les Horsenalities sont une façon de « visualiser Â» les personnalités chez le cheval, que ce soit mentalement ou sur un papier. Pour les plus novices, elles permettent aisément de souligner les principaux traits de caractère d'un cheval (un individu donc, et l'individu – et son individualité – a TOUTE sa place dans les Horsenalities) en cochant des cases et en notant l'intensité d'un comportement. Grosso-modo, tu analyses ta bestiole et ses comportements face aux situations de la vie quotidienne et ça finit par te donner un schéma de sa personnalité. Voici l'outil de base, issu du site web de Pat Parelli, et avec lequel tu pourras faire le test pour ton propre Pokémon. (Mais lis peut-être la suite de l'article avant de te lancer.)

Les Horsenalities de Pat Parelli expliquées sur le blog équestre Instant Équin avec Hero de Garros et Tao

Il s'agit ici d'une version traduite en français pour te donner un coup de pouce si la langue de Shakespeare n'est pas ton amie. Je n'ai pas réussi à retrouver l'auteur original, mea culpa.

Le principal écueil des Horsenalities de Parelli, c'est l'incompréhension des gens pour un système un peu « carré » et le refus d'analyser quoi que ce soit. Je ne suis pas non plus une grande fan des cases, des trucs à classer, des machins binaires tout noir ou tout blanc. En revanche, j'adore les spectres parce que c'est beaucoup plus précis et malléable, et c'est parfaitement ce qu'est cet outil : un chouette spectre qui permet de voir - visuellement - la personnalité de Pompon.

Quand c'est bien employé.

Le principe des Horsenalities n'est pas de mettre dans une case mais de définir les caractéristiques du tempérament de son cheval par l'observation (c'est ce qui évitera de mettre dans une case justement et de foncer tête baissée) afin de définir au mieux les stratégies d'approche, d'éducation et de travail afin de respecter au mieux à la fois le cheval et l'humain et de ne mettre personne en danger.

Pourquoi sont-elles un formidable outil de travail ?

Parce qu'elles permettent de visualiser rapidement et mentalement la personnalité d'un cheval et de savoir très vite comment l'aborder et aborder le travail avec lui.

Le principe des Horsenalities n'est pas de s'amuser à faire un petit test pour son cheval ou de le ranger dans une boîte comme on peut souvent le lire sur les forums/blogs/réseaux sociaux, mais bien d'identifier les principales composantes de sa personnalité – de son lui profond quoi – pour aborder le travail dans les meilleures conditions possibles pour… lui. Loin de « faire des boîtes Â», les Horsenalities permettent surtout d'apporter du confort au cheval en évitant les tâtonnements intempestifs. (On tâtonne déjà assez avec nos Pokémon comme ça, haha.)

On analyse son cheval pour lui offrir un programme personnalisé prenant en compte sa personnalité, ses points forts et ses faiblesses.

Les Horsenalities de Pat Parelli expliquées sur le blog équestre Instant Équin avec Hero de Garros et Tao

Ouais enfin… Mon cheval rentre dans plusieurs « Horsenalities Â».

Eh bien... Heureusement. Comme il n'est pas question de boîtes ou de cloisonnement, un cheval peut bien entendu entrer dans plusieurs catégories ou posséder des caractéristiques présentes dans une, deux, trois ou quatre parties des Horsenalities. Les Horsenalities sont un spectre (à l'image d'un spectre autistique, TDAH ou ce que tu veux, et les gens se répartissent plus ou moins dessus selon leurs caractéristiques propres, le tout afin d'identifier les besoins desdites personnes) et nos chevaux se placent dessus. C'est à nous ensuite de faire preuve de réflexion et de voir ce qu'on fait des résultats.

Comme je le disais au début, les Horsenalities sont à utiliser dans le cadre d'un seul individu selon les traits qui le composent. Certains rentreront dans une seule catégorie (et ils sont finalement assez rares à correspondre à 100 % à une seule extrémité du spectre) tandis que d'autres – la plupart – oscilleront à la frontière entre deux ou plusieurs catégories. D'autres montreront des réactions très différentes en fonction des situations, et demandent une bonne analyse de l'humain afin d'en cerner les limites, et connaître les contextes favorisant l'expression de ces réactions différentes. À l'humain ensuite d'ajuster son propre comportement.

Les Horsenalities sont juste là pour offrir une image de ce spectre des personnalités équines et chuchoter, en fonction, des idées de travail adaptées.

Par exemple : Bibou, que j'ai eu en demi-pension pendant quelques années, était carrément « Left Brain Introvert », c'est-à-dire qu'il regroupait à 99 % les caractéristiques de ce groupe-là d'individus. Il paraissait plutôt « mou », « désintéressé des humains », « difficile à motiver », « très porté sur la nourriture »… Clairement, il était impossible de travailler avec lui de la même manière qu'un « Right Brain Extrovert » par exemple. L'humain n'a plus qu'à se remuer les méninges pour le motiver et proposer des exercices un peu sympas et diversifiés.

Hero au contraire est « Left Brain Â», mais la limite entre introverti et extraverti est beaucoup plus délicate à percevoir car… ça dépend des situations ! C'est exactement ce que je mentionnais plus haut en parlant de chevaux aux réactions différentes selon les situations. Au quotidien, il est plutôt extraverti : toujours fourré à mordiller, à interagir avec son environnement, à jouer les curieux… Il colle à quasiment toutes les caractéristiques d'un cerveau gauche extraverti. Au travail en revanche (ou dés qu'on lui demande quelque chose en fait), il passe en cerveau gauche introverti tout simple car il réfléchit beaucoup et qu'il ne voit aucun intérêt à faire ceci ou cela. Sa motivation propre est son seul moteur – c'est d'ailleurs ce qui m'a poussée à me pencher sur le travail au renforcement positive : profiter de cette motivation intrinsèque sans avoir à me battre pour le faire bouger. C'est un poney très éveillé sur son environnement – au contraire de Bibou donc – mais qui n'a pas pour autant envie de se plier en quatre quand on lui demande des choses. Cependant, je dois aussi jongler avec sa personnalité de base plutôt cerveau gauche extraverti qui aura envie de faire des choses un peu fun et variées, le tout en lui donnant une bonne raison de le faire (bonbons tmtc) sinon il n'y mettra jamais autant de cœur.

Chaque cheval possède sa propre personnalité, avec ses qualités et ses défauts, ses envies et des trucs qui les saoulent ou les motivent. Hero ou Bibou ne bosseront jamais pour nos beaux yeux, mais entre les deux, Hero est plus susceptible de bouger facilement ses pieds car il est naturellement plus extraverti que Bibou, introverti profond. Bibou toutefois pouvait surprendre (en barrel par exemple, ou quand on faisait des courses en jouant) en passant brièvement très extraverti quand des choses le passionnaient ou simplement « valaient la peine Â» d'être faites (du fun, du challenge, un truc qui le boostait particulièrement).

La personnalité/tempérament reflète le cheval au quotidien, c'est une observation qui se fait sur le long terme, avec ses nuances selon les moments, les situations… Un large panel de caractéristiques en profonde interaction avec l'environnement et les stimuli.

Les Horsenalities de Pat Parelli expliquées sur le blog équestre Instant Équin avec Hero de Garros et Tao

Cerveau droit, cerveau gauche, c'est dépassé tout ça.

Il a été démontré (apparemment, j'avoue ne pas avoir lu les études correspondantes pour le moment ni même les avoir cherchées… encore) que ces histoires d'hémisphères droit ou gauche dominants étaient en fait erronées. Bon j'avoue, avoir évolué dans un milieu scientifique avec la fac, le laboratoire de recherche, le mémoire et tout le bordel aide à faire du tri dans ma tête par rapport à tout ça.

Ici, les termes de cerveaux droits et cerveaux gauches provenaient directement de théories plus anciennes ou les individus utilisaient plus ou moins un hémisphère au détriment de l'autre et que cela influait notamment sur leur personnalité. (Cette théorie valait aussi bien pour les chevaux que pour les humains, qu'on classait alors comme plutôt créatifs et imaginatifs, ou scientifiques et droits, tu vois le principe, la dualité artiste/scientifique quoi.)

Si les termes sont aujourd'hui obsolètes (cerveau gauche/cerveau droit donc), ce qu'ils regroupent fonctionnent toujours en revanche. Les observations dans le comportement des chevaux et leur personnalité sont toujours valables (notamment avec l'étude des personnalités et les tests qui les mettent à l'épreuve), les chevaux n'ont pas changé du jour au lendemain avec l'obsolescence d'un vocabulaire. Cerveau gauche et cerveau droit sont toujours utilisés faute d'un terme plus approprié (ça a l'avantage d'être plutôt imagé, même si c'est factuellement faux), mais ça ne remet pas en cause l'intégralité des Horsenalities. On peut critiquer l'utilisation des termes (à juste titre, cela dit il faut maintenant trouver d'autres noms correspondants, et ce n'est pas évident car les qualités propres aux anciens cerveaux gauches et droits sont difficiles à décrire même si on en saisit tous l'idée), mais pas les observations faites sur les chevaux.

Outre les horsenalities, l'analyse de la personnalité d'un cheval (ou de son tempérament) se fait de toute façon. Si tu checkes un peu l'actualité scientifique du côté équin, tu as peut-être déjà lu/vu des trucs à propos des tests de tempérament ? Tu as un article sur Equipédia sur le sujet : Tests de tempérament complets ou standardisés. C'est tout un protocole à suivre, avec divers tests prévus pour éprouver la personnalité du cheval sous divers aspects, mais le principe est le même : analyser le cheval et voir ce qui en ressort afin d'établir une sorte de profil. Le rendu fait un peu moins « boîte » que les horsenalities et c'est un peu moins visuel, même ça relève à peu près les mêmes points.

Sauf que l'un est un outil « scientifique » va-t-on dire, un truc précis, méticuleux, à faire avec soin, et l'autre est un outil pour le grand public, imagé et facile à utiliser dans la vie de tous les jours, quand on approche un poney inconnu au pré. 😙 Et d'autres gens encore n'utiliseront que l'intuition pure et dure pour ces analyses et c'est très bien aussi. D'autres enfin balancent quelques qualifications absurdes sur leur cheval et ne réfléchissent pas à la question de façon posée. Ceux-là mériteraient d'utiliser un outil pour leur filer un coup de pouce. 😛

Les Horsenalities de Pat Parelli expliquées sur le blog équestre Instant Équin avec Hero de Garros et Tao

Quelles sont les limites des Horsenalities ? 🤔

Comme tout outil, les Horsenalities possèdent des limites.

  • Le manque de discernement
  • Le manque d'observation
  • Le manque de réflexion

Comme je l'ai déjà eu dit (mais c'est important, haha), les Horsenalities sont un outil d'observation. L'outil peut être utilisé qu'à condition de savoir observer son cheval en restant le plus neutre possible et sans chercher d'excuses ni à l'animal ni à nous-même, et sans non plus tomber dans l'anthropomorphisme. C'est pour cela qu'elles sont un formidable outil pour travailler avec un cheval inconnu. C'est d'ailleurs leur utilité principale : être capable d'observer un cheval encore inconnu, de noter tout ce que nous voyons/ressentons (si si) pour créer un schéma mental de la personnalité de l'animal et ajuster notre interaction avec lui. Elle est là, son utilité, elle réside en l'abord d'un inconnu et en la capacité à mettre toutes les cartes dans son jeu pour que ça se passe bien. L'analyse s'affine avec le temps passé avec le cheval et permet ensuite de se réajuster selon nos observations.

Les Horsenalities poussent également à la réflexion. Elles ne sont qu'un outil afin d'analyser au plus simple un cheval. Le reste du cheminement est  fait de réflexions vis-à-vis des observations faites, de notre empathie vis-à-vis du cheval (pas très scientifique tout ça, mais ça entre fortement en jeu dans une relation cheval-cavalier, y compris avec un cheval encore inconnu) et de notre capacité à relier tous ces points. Les points péchés dans les différentes « cases » des Horsenalities DOIVENT former un réseau, et ce réseau logique, c'est notre cheval tout entier. Comme il s'agit d'un être vivant, il est logique qu'il soit unique et n'entre pas parfaitement dans un schéma-outil.

Les Horsenalities demandent de la sensibilité pour les employer, et une ouverture d'esprit à la fois à l'outil lui-même (encore que) et au cheval. Je lis très souvent des posts comme quoi : « Non mais si on veut, on peut placer son cheval dans toutes les cases. D'ailleurs, elles disent toutes plus ou moins la même chose. Â»

Ça me laisse fortement perplexe tout ça : ces gens-là disposent-ils d'un vocabulaire extrêmement limité – ou du moins d'un nombre de définitions très limitées et ne laissant aucune place à la nuance – ? Je vois une grande différence entre rusé/malin et malicieux, ne serait-ce que dans le comportement du cheval et son interaction avec l'homme/ses congénères. Personnellement, je suis incapable de retrouver des adjectifs similaires dans les différentes personnalités (attention aux mauvaises traductions de l'outil ! 😬). Certains termes se ressemblent « visuellement parlant » mais n'expriment pas du tout le même comportement chez le cheval ou la même cause ou même le même aboutissement. Les différences sont parfois délicates à percevoir, mais ce sont elles qu'il faut capter. Ça demande une bonne observation de son cheval, une connaissance un peu fine du comportement eeeet une bonne maîtrise de notre vocabulaire/langue. 😝

(Quand je vois les mort, le cuire et autres licole à gogo dans les ventes sur Facebook, je comprends pourquoi, parfois, c'est compliqué de saisir la frontière entre malin et malicieux. 👹)

Les Horsenalities de Pat Parelli expliquées sur le blog équestre Instant Équin avec Hero de Garros et Tao

Juste un outil, un simple outil, qui ne vient pas des enfers.

La dernière limite est… Humaine. Les Horsenalities sont un outil conçu par l'homme pour l'homme. Cependant, je pense que le fonctionnement intrinsèque aux personnes qui l'utilise ou tentent de l'utiliser joue pour beaucoup. Comme tout le monde ne fonctionne pas de la même façon « dans sa tête » (tu vas rire mais j'ai découvert ça très tardivement, par exemple je suis synesthète, et j'ai cru très tard que c'était une façon de penser commune à tout humain alors que pas du tout – et je m'en suis rendue compte en décrivant un truc à mes parents qui ne sont pas du tout synesthètes, ça donne d'ailleurs des conversations parfois marrantes entre nous tant nous ne sommes pas sur la même longueur d'onde), il est logique qu'un outil mental puisse ou non ne pas convenir à tout le monde. Certains se saisiront très facilement des Horsenalities pour en faire un outil redoutable au quotidien et posséder une excellente carte mentale des différents chevaux et des manières de les travailler tandis que d'autres y verront un truc complètement abstrait et/ou inutile. Sans doute que ces autres auront leur propre outil ou leur propre fonctionnement pour analyser tout ça à leur façon.

Mais j'avoue que je pense quand même qu'avec un peu de réflexion et de bon emploi, beaucoup pourraient en faire bon usage… et l'inclusion de la personnalité du cheval dans le processus d'apprentissage et, de là, la déduction de la meilleure méthode de travail employée manque encore beaucoup en France. Que ce soit via les Horsenalities ou non.

(Oui non parce que dans le fond, je me fiche éperdument de savoir si quelqu'un emploie cet outil ou autre chose pour bosser avec un cheval. 🤣 Simplement, il m'a beaucoup aidé lorsque je me suis intéressée à la place des personnalités des chevaux dans leur interaction avec l'humain, peut-être parce que je suis plutôt visuelle comme fille et que ça m'allait bien. J'estime d'ailleurs aujourd'hui avoir un très bon « instinct » avec des chevaux inconnus quant il s'agit de les jauger très vite pour interagir avec eux.)

Je ferai sans doute un article sur les personnalités des chevaux que j'ai côtoyé et comment j'ai abordé le travail/la relation avec ces différents individus.

En attendant... N'hésite pas à me dire ce que tu penses des Horsenalities ? T'en sers-tu ? Connais-tu ? 🥳

Horsenalities appliquées sur Hero pour le blog équestre Instant Équin

Voici un exemple appliqué pour Hero. Ça a été fait un peu rapidement, il n'y a qu'une seule couleur pour les points et aucune gradation d'intensité. Je ferai un article « horsenalities appliquées » plus détaillé mais on entrevoit déjà assez bien le fonctionnement. Hero est assez nettement « Left Brain » (ou appelez ça comme vous le souhaitez, indépendant et sûr de lui par exemple), mais c'est plutôt difficile de déterminer s'il est extraverti ou intraverti. Selon moi, je l'estime plutôt extraverti (c'est son naturel, lorsqu'on ne lui demande rien), mais au travail, il est plutôt introverti. Je pense que ça vient essentiellement du fait qu'il soit encore jeune. Il ne sait pas encore ce qu'il doit faire et il hésite assez facilement, du coup il propose assez peu. Mon taff à moi, c'est de lui montrer qu'il peut s'exprimer, oser tenter des trucs. Bon, et puis quand il ne voit pas d'intérêt à faire un truc, il ne le fait pas. 😝

Horsenalities appliquées sur Bibou pour le blog équestre Instant Équin

Et voici l'exemple appliqué pour Bibou. Je vous disais qu'il était quand même fort Left Brain Introvert et ça se vérifie. Au contraire de Hero, il n'y avait pas de forte variation selon les contextes ou les situations. 😅